Aller au contenu

Fabienne FOREZ

Administrateurs
  • Compteur de contenus

    913
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    95

Fabienne FOREZ a gagné pour la dernière fois le 21 juin

Fabienne FOREZ a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

178 Excellent

2 abonnés

À propos de Fabienne FOREZ

  • Rang
    Membre énergique
  • Date de naissance 09/05/1955

Personal Information

  • Ville
    Boen sur Lignon - Loire

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. Fabienne FOREZ

    Poésie

    Jules Troccon a rellement écrit, que ce soit des poèmes ou des chansons, qu'il est difficle de choisir. Voici un texte à propos des côtes du Forez! Normal, je suis chauvine! Dans la vigne r2.docx
  2. C'est drôle, je n'en ai pas entendu parler aux infos ou ailleurs. Je me demande bien pourquoi ? Je n'y serai pas allée pour autant quand je vois que personne ne porte de protections....
  3. Fabienne FOREZ

    Poésie

    je suis contente, car ce sujet est bien regardé, je tiens les comptes à jour....Normal pour la trésorière! Alors comme celà plait, voici encore un texte de Jules Troccon Ce qui reste r2.docx
  4. pensez à moi, envoyez moi des photos.....
  5. Et pour les orties, les ramasser en partant bien du bas. Et il faut bien prendre les jeunes pousses d'ortie. Comme tu dis , vert clair.
  6. Depuis quelques temps, les radis ont fait leur apparition dans mon coin. J'ai pu avoir chez mon maraîcher une botte fraîchement sortie de terre. Que les fanes étaient belles. Pas possible de résister et d'en faire un velouté. Souvent on y pense pas, on les néglige et elles finissent aux ordures. Quel dommage. Un velouté, c'est tout simple : Pour les fanes d'une botte de radis, je mets 250 grammes de pommes de terre, 1.25 litre d'eau, et 10 centilitres de crème fraiche et 60 grammes d'oignon. Cette fois, au lieu de mettre un oignon, j'ai préféré une échalotte. Pour la quantité d'eau, chacun verra la consistance qu'il préfère, moi je n'aime pas les soupes où la cuillère reste plantée droite ( c'était la manie de ma grand-mère!). Il faut enlever les trop grosses tiges ( qui auront du mal à être mixées), laver les fanes, et couper la pomme de terre en dés de 20x20 environ. Faire chauffer l'eau. et en même temps, faire revenir l'échalotte avec les pommes de terre et les fanes 3/4 minutes à l'huile d'olive. Regrouper ensuite le tout dans la casseriole, saler et poivrer, et laisser frémir 20 minutes. Vérifier la cuisson des pommes de terre. Passer l'ensemble au mixer pour avoir une consistance très fluide. Remettre à chauffer en ajoutant la crème fraiche. Servir aussitôt. .. Et régaler vous, même toute seule ! J'ai bien apprécié avec l'échalotte avec unsoupçon de piment d'espelette. C'est excellent aussi en soupe froide pour les soirées d'été!
  7. Voilà une vieille façade, bien dans son jus, avec des volets articulés ! C'est à Panissières, 42.
  8. Fabienne FOREZ

    Poésie

    Un autre texte de Jules Troccon APPRENDS moi r2.docx
  9. Fabienne FOREZ

    Poésie

    Changement d'écrivain, Nous voilà mainetant dans la le dernier quart du 19 ème siècle. encore un Montbrisonnais né en 1870: Jules Troccon Biographie Jules Troccon r2.docx A une Femme r2.docx
  10. J'ai touours eu de la peine à bien épiler mes sourcils, même en regardant plusieurs tutoriels. Me^me mes amies (bio) à qui j'ai demandé conseils, n'ont pas été très explicites ! Ce matin, j'ai esayé une nouvelle technique qui m'est venue comme ça, et qui m'a satisfaite : j'ai commencé par redessiner mes sourcils au crayon, et quant j'ai été ssatisfaite du trait et du résultat, alors j'ai épilé ce qui dépassait du trait de crayon. Impeccable comme méthode. Je devrais même dire : Au poil ! Dorénavant, je procèderais comme celà, 'est bien plus simple que de le faire au petit bonheur la chance. Evidemment avant, il faut savoir quel sourcil on veut obtenir, donc il faut quand même regarder quelques tutos.
  11. Fabienne FOREZ

    Poésie

    Encore un poème de Bobèche, pas très joyeux! Le crime de Soleymieuxr2.docx
  12. je trouve que c'est excellent comme réponse, et bien réaliste. Mais pour certains, le cercle risque de s'élargir.... Hier, j'ai une amie qui est passée me voir. Elle a été un peu choquée que je refuse de lui faire une bise, elle m'a dit qu'avec d'autres amies, elles en faisaient systématiquement. Et en plus, elle n'est pas vaccinée. C'est une attitude qui m'insupporte un peu. Quant au masque, ca dépend combien on est, et avec qui je suis pour le mettre, ou l'enlever, je fais attention! mais j'ai ressorti mon vélo, et là je ne le mets pas, je ne vois vraiment pas à quoi celà servirait!
  13. Fabienne FOREZ

    Poésie

    et encore un poème de Bobèche. en fait j'ai entendu parler de Bobèche par l'ancien propriétaire de l'atelier de menuiseries que nous avions loué à l'époque , puis racheté. Nous avons consacré des dizaines de week-end, à réparer, transformer, agrandir, etc.. Et l'ancien propriétaire , agé de presque 90 ans à l'époque , qui avait connu Bobèche quand il était petit,venait souvent nous voir le samedi ou le dimanche après midi. Nous faisions la pause, et Albert( c'était son prénom) nous contait des histoires du début du siècle, et nous récitait aussi des poésies (dont celles de Bobèche) ou des extraits de pièces de théatre car c'était un très bon acteur régional. Mon seul regret, ne l'avoir pas enregistré, car il valait son pesant d'or, et c'était toujours agréable de l'écouter réciter ou chanter! Poème autobiographique r2.docx
  14. Fabienne FOREZ

    Poésie

    Un autre poète Montbrisonnais, une sacrée figure ! Bographie Bobèche r2.docx La chanson d'un ivrogne r2.docx
  15. Décrypter les formules des cosmétiques J’ai été amenée à détailler les étiquettes, car maintenant, c’est tous les jours que j’utilise des produits cosmétiques. Il est vrai que beaucoup d’entre nous n’en utilisent qu’épisodiquement, et que les effets indésirables se font moins sentir. Pour choisir ses cosmétiques en toute tranquillité, il faut se pencher sur les étiquettes : 1-Il faut décoder la liste INCI La liste Inci (acronyme d’International Nomenclature of Cosmétics Ingrédients) doit obligatoirement figurer sur le suremballage en carton ou sur le produit lui-même, depuis 1998 en Europe. Elle y mentionne les ingrédients par ordre décroissant de leur volume. Très souvent l’eau, Aqua, (water), apparaît en tête de liste, car c’est une base de toutes les émulsions, des gels douches et autres shampooings…Les molécules sont inscrites en anglais et les extraits végétaux sont mentionnés en latin ; (Prière de ressortir vos manuels avant lecture !) Si vous n’en avez pas, aidez-vous d’Internet, ou de l’appli Clean Beauty, qui décrypte les étiquettes prises en photos par votre smartphone... On peut donc détecter les différents ingrédients, y compris ceux qui sont décriés, ou les allergènes, obligatoirement indiqués en fin de liste. 2-Il faut faire la part des choses Après les polémiques sur les ingrédients cosmétiques, on aurait presque envie de jeter à la poubelle l’intégralité des produits présents dans la salle de bains. Tout est mis dans le même sac : parabens, phénoxyéthanol, filtres solaires, huiles essentielles…Pourtant, un distinguo s’impose. Tout d’abord, les cosmétiques sont soumis à une réglementation européenne très stricte, en constante évolution au fil des études menées au sein du CSSC (Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs). De plus, les fabricants et les marques, sensibilisés par l’opinion, devancent souvent la législation en éliminant les ingrédients montrés du doigt. D’autre part, il faut savoir pourquoi ceux-ci se retrouvent sur la sellette. Certains posent problème surtout parce qu’ils ne sont pas écologiques, comme les silicones ou les huiles minérales…D’autres (sulfates, huiles essentielles) peuvent provoquer des irritations pou des allergies sur certaines personnes sensibles, mais pas forcément plus que la vitamine C ou les fraises ! 3-Il faut rester vigilante Enfin il y a ceux que l’on soupçonne d’être des perturbateurs endocriniens ou cancérigènes. Et là, c’est le grand débat. De nombreuses marques ont déjà retiré, par principe de précaution, un certain nombre de substances de leurs produits (phtalates, triclosan, pxybenzone et benzophénone) et continuent de le faire au fil des reformulations. A noter aussi que l’on peut dire que les silicones sont des perturbateurs endocriniens. Deux silicones volatiles – l’octamethylcyclotetrasiloxane (D4) et le décamethylcyclotetrasiloxane (D5)- sont en effet soupçonnés de l’être. Mais les autres silicones ne sont pas concernés. Il est donc judicieux si l’on est sous traitement hormonal de faire attention et d’en parler à son endocrinologue. 4-Il faut relativiser les risques Il reste les conservateurs. Garder longtemps ses produits dans la salle de bains chaude et humide, tremper les doigts dans un pot de crème…tout cela n’est possible qu’avec des conservateurs dans les produits qui, sinon, deviendraient vite des bouillons de culture ! Depuis 2005 et la grande crise des parabens, ceux-ci sont décriés. Utilisés dans les cosmétiques depuis 1920, deux d’entre eux sont soupçonnés d’être toxiques : le propylparaben et le butylparaben, désormais interdits dans les produits sans rinçage destinés aux enfants de moins de trois ans. Et, de fait, ils ne sont quasiment plus employés. A l’inverse des méthylparaben et ethylparaben, qui ont été innocentés et se révèlent très efficaces. De plus, incriminer les cosmétiques ne sert à rien si on oublie que les parabens sont présents dans plus de 400 médicaments et dans l’alimentation sous les appellations E214 à E 219(Sauces salades, jus de fruits, desserts…) ! Cela étant établi, chacune choisira(ou pas) une alternative. En effet les conservateurs utilisés en remplacement ne sont pas exempts non plus de critiques : phénoxyéthanol, BHA et BHT seraient les perturbateurs endocriniens, MIT et MCIT sont allergisants – la MIT a d’ailleurs été interdite dans les produits non rincés début 2017 par l’Union européenne. Restent les substances autorisées en cosmétique bio – l’acide benzoïque, l’acide sorbique, l’alcool et les huiles essentielles-, elles aussi potentiellement allergisantes ou irritantes. Bref, pas de solution idéale, à moins d’opter pour des emballages airless, des produits sans eau, car c’est elle qui favorise la contamination, ou la cosmétique stérile, sans conservateurs. Dans tous les cas de figure, n’achetez pas de grandes quantités, et une fois ouvert, vérifiez régulièrement la date de fin d’utilisation ! 5-Il faut profiter des efforts des marques Conscientes que de plus en plus de consommateurs souhaitent mieux comprendre leurs produits, certaines marques ont dernièrement transcrit la liste Inci de façon plus lisible et en plus gros caractères. Ainsi, Garnier, sur sa gamme SkinActive rénovée, a mis en avant ses 96% d’ingrédients d’origine naturelle avec un étiquetage expliquant les noms scientifiques en indiquant leur origine : sodium phytate= son de riz, arginine = fermentation de sucre… Une bonne façon de comprendre que derrière des noms barbares se cachent souvent des ingrédients simples, du moins avant transformation. Plus compliqué toutefois d’obtenir la liste Inci d’un produit si vous achetez sur Internet. Sur ce point, la législation est trop floue : alors qu’il est facile de consulter cette liste dans un magasin en lisant l’emballage, sur la Toile, hormis quelques marques, bien souvent ne sont cités que les ingrédients les plus vendeurs. D’après un article de S. Goldfarb
×
×
  • Créer...